Lettre à Cecile Duflot

Publié le par partidegauche79

 

 

 

A l’attention de : Cécile Duflot

Secrétaire nationale Europe Ecologie –

les Verts

Paris le 11 novembre

Madame la Secrétaire nationale, Chère Cécile

Comme tu le verras dans le communiqué de presse nous réagissons solennellement aux propos de

Daniel Cohn Bendit ce matin sur RTL à propos de Jean-Luc Mélenchon

 

: "Quand on voit son livre, ce

qu’il dit sur l’Allemagne, quand il parle de la "grande France", ce qu’il dit sur les boches, c’est

insoutenable, intolérable ».

 

Puis plus loin : Jean-Luc Mélenchon

"va même labourer sur les terres du

Front national".

Peut-être as-tu déjà lu le livre de Jean-Luc. En tout état de cause, notre communiqué indique quelques

éléments qui montrent que non seulement Daniel Cohn Bendit nous insulte avec cette assimilation,

mais en plus il ment pour justifier sa déclaration !

Le débat est sain en politique. Même entre partis de gauche, il peut être parfois vigoureux. Mais vis-àvis

de Jean-Luc et donc des militants de notre parti il prend depuis quelques temps des tournures

nauséabondes. Comparer le Front national, dont le président a été condamné pour des propos

négationnistes, avec un parti de gauche, écologiste et républicain attaché aux principes de liberté,

d’égalité et de fraternité, c’est aussi relativiser le danger que constituent les actes et idéologies du

premier. Cette façon de procéder est aussi une manière d’appauvrir le débat démocratique en tentant

de disqualifier par avance la parole de l’autre au lieu d’argumenter sur le fond sur d’éventuels

désaccords. C’est très éloigné de toute idée de faire de la politique autrement et cela ne respecte pas les

citoyennes et citoyens.

Nous souhaitions donc, Cécile, protester vigoureusement contre ces propos insultants vis-à-vis de

notre Président et donc de tous les militants et militantes de notre parti. Comme notre communiqué

l’indique, nous t’interpellons sur cette déclaration de Daniel Cohn Bendit. Nous sommes persuadés

que tu ne partages pas ce type de déclaration mais ce propos est si grave que nous espérons une

réaction de ta part au nom des tiens.

Dans cette attente, acceptes, chère Cécile, nos plus fraternelles salutations.

Eric Coquerel

Secrétaire national en charge des relations unitaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article