Européennes : Ne nous laissons pas abuser !

Publié le par partidegauche79

Européennes : Ne nous laissons pas abuser !

Par Christine Antoine représentante de la liste Front de Gauche pour les Deux Sèvres

 

Les élections européennes vont se dérouler dans un contexte de crise historique du capitalisme : chômage grandissant, aggravation des inégalités Hommes/Femmes, difficultés financière pour des milliers d’entre nous, démantèlement des services publics, crise industrielle, dérèglement climatique, recul des libertés publiques et de la démocratie, atteintes à l’indépendance des médias et de la justice, criminalisation des luttes sociales et dérive sécuritaire.

Tous ces dangers sont le résultat d’une déréglementation généralisée mise en place sous la pression des firmes multinationales et par les choix politiques qui placent la rentabilité financière des capitaux et la concurrence au- dessus de toute considération humaine.

La crise est celle de tout un modèle de développement, source d’inégalités monstrueuses, de gaspillages gigantesques des ressources de la planète, de tensions et de conflits dans le monde. Elle est le résultat d’une logique capitaliste qui déconnecte de plus en plus la sphère financière de la production de valeur sociale, qui prône le productivisme dévastateur  au mépris de l’environnement, qui étend la marchandisation et le consumérisme au mépris de l’humain et de l’intérêt général.

 

L’Union Européenne est totalement engagée dans ce modèle néolibéral capitaliste en échec qui imprègne ses traités, ses structures, ses politiques. Ce modèle est au centre du Traité de Lisbonne.

Que contient-il ?

-         La libre concurrence, le libre échange généralisé

-         La mise en concurrence des territoires et des peuples pour tirer les acquis sociaux vers le bas

-         L’indépendance de la Banque Centrale Européenne (BCE) échappant à la souveraineté populaire et ainsi totalement dévouée aux marchés financiers

-         le pacte de stabilité visant à faire baisser les coûts salariaux et rationner les dépenses sociales

-         l’interdiction des interventions publiques de l’Etat en faveur d’une politique industrielle favorisant l’emploi et les salaires

-         La privatisation des services publics, la déréglementation, les privations

-         La concentration des pouvoirs loin des citoyen-nes

-         La compétitivité qui fragile le tissu social, l’environnement, le vivre ensemble.

 

Une exigence émerge : changer d’Europe.

Une réalité s’impose : rompre avec ce système

Une première urgence apparaît: faire respecter l’expression populaire, celle qui a refusé en 2005 le bras armé de cette Europe libérale en votant démocratiquement non au référendum sur le traité constitutionnel 

Un moyen dont chacun-e doit se saisir: voter aux prochaines élections européennes pour des candidats qui se positionnent clairement contre le Traité de Lisbonne réplique du Traité constitutionnel de 2005.

Une vigilance citoyenne à exercer : ne pas se laisser duper et abuser par des discours contradictoires, irresponsables et mensongers.

 

Le Parti Socialiste nous dit être pour des mesures sociales au niveau de l’Europe mais  s’empresse de signer le Manifesto, rassemblant les partis sociodémocrates européen autour du Traité de Lisbonne.

 

Le rassemblement Europe Ecologie mené par Daniel Cohn Bendit,  Eva Joly, José Bové et Francis Lalanne qui nous préconise des mesures écologiques et une bataille contre les abus financiers mais en s’appuyant sur l’Europe existante, en disant OUI aux Traités existants :

Relocaliser l’économie : nous sommes d’accord mais comment le faire avec l’Europe actuelle et ses traités qui organisent un marché européen intégré qui favorise la circulation des marchandises à l’échelle européenne selon la loi du marché.

Défendre les services publics : nous sommes d’accord. Mais c’est l’Europe actuelle qui organise leur démantèlement systématique

C’est cette Europe, et ses Traités, qui fait reposer sur les collectivités publiques les objectifs «  de bon état écologique des eaux » alors que dans le même temps elle favorise l’agriculture intensive, première source de pollution des eaux.

C’est cette Europe qui ne cesse de pousser à la libéralisation des marchés agricoles et soutient l’agriculture productiviste à grands renforts de subventions, au détriment de l’agriculture paysanne

C’est cette Europe qui permet que les émissions de CO2 soient « délocalisées » dans les pays du Sud

C’est cette Europe qui fait pression sur les pays pour autoriser la culture du maïs génétiquement modifié

 

Encore une fois, Europe Ecologie, le Parti Socialiste, les Verts veulent bien faire des choses pour l’environnement et le social mais ils ne veulent pas entraver et remettre en cause la croissance économique et la compétitivité inscrite dans les Traités qui régissent l’Europe actuelle.

Ne nous laissons pas leurrer pas leurs déclarations de bonnes intentions alors que la pierre angulaire du  Traité de Lisbonne est la concurrence libre et non faussée!

 

Venez porter avec le Front de Gauche le véritable projet d’une Europe écologique, sociale et solidaire

 

Une Europe qui réoriente la politique agricole commune en faveur de l’agriculture paysanne, vivrière, respectueuse de l’environnement

Une Europe sociale, écologique et solidaire

-         qui stoppe immédiatement les ouvertures à la concurrence des services publics,

-         qui développe une politique énergétique mettant au centre la justice sociale et l’impératif écologique en créant un pôle européen de l’énergie

-         qui met en place un bouclier douanier aux frontières de l’UE pour lutter contre le dumping social et prendre en compte l’empreinte écologique et la mise en place d’une politique ouverte de partenariat avec les pays du Sud, en rupture avec la logique de l’OMC et de l’Europe forteresse.

 

 

Parce que la planète n’est pas un terrain de jeu pour les plus riches

Parce que la catastrophe écologique et la crise sociale imposent de lutter contre le capitalisme et de s’opposer à la vision libérale des traités actuels

Parce que la démocratie doit être respectée

Parce que l’Europe doit remettre au premier plan l’intérêt général et la notion de bien commun.

Nous devons changer d’Europe et construire ensemble, avec des députés du Front de Gauche, une Europe écologique, sociale et solidaire !

Publié dans politique étrangère

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article